Tendance

Les séniors sont des millennials comme les autres.

Les séniors sont des millennials comme les autres.

Dans une société à la peau lisse, à l’oeil vif et au muscle galbé, le « vieux » a longtemps été dépeint comme un poids mort – au mieux ignoré par les marques, au pire moqué pour conjurer l’archaïsme. Mais ça c’était avant.

Alors que les séniors deviennent la classe de population la plus importante de nos sociétés, leurs habitudes de vie remettent en cause nos préjugés. Deux tiers des personnes de 70 ans et plus affirment que l’âge apporte « plus de richesses, de joies, de spiritualité, d’idéaux et de liberté » (source ADN). La « revanche des vieux » ? Parlons plutôt d’un constat : les seniors d’aujourd’hui ont de l’avenir.

Et si nos ainés avaient tout compris au digital ?

Clic : 9 seniors sur 10 rĂ©alisent des achats sur Internet (source lien), utilisent Facebook ou sont abonnĂ©s Ă  Netflix. Ma grand-mère est accro Ă  la mĂŞme sĂ©rie que moi ! Le digital comble le gap gĂ©nĂ©rationnel mais aussi la solitude : « Deux tiers des plus de 70 ans pensent qu’on n’est jamais trop âgĂ© pour avoir des rendez-vous d’un soir Â». Pour retrouver l’amour, ils peuvent matcher sur DisonsDemain (bel effort de naming), le site dĂ©diĂ© de Meetic, ou encore sur Passions, l’app de rencontre basĂ©e sur leurs centres d’intĂ©rĂŞts. Et Tinder n’a pas de limite supĂ©rieure d’âge. YOLO.

Votre deuxième vie commence à 60 ans

L’âge de la retraite recule. Mais l’âge ressenti aussi ! Fini de payer la maison et l’école de commerce du petit dernier… C’est le moment de profiter du reste de sa vie – et de redevenir intéressant pour les marques, qui ont flairé la manne. Bienvenue dans la silver economy, où l’innovation simplifie la vie, préserve l’autonomie et se révèle bien souvent pertinente pour l’ensemble de la population (cf ADN).

Le temps disponible permet aux cheveux gris de voyager, de devenir bĂ©nĂ©vole, voire de se lancer dans sa propre aventure entrepreneuriale et de crĂ©er de la valeur. Étonnamment, « la proportion d’entrepreneurs chez les adultes de 50 Ă  64 ans (18 %) est plus Ă©levĂ©e que chez les jeunes de 18 Ă  29 ans (11 %) Â» (rapport 2016 du Global Entrepreneurship Monitor). La volontĂ© d’entreprendre Ă  cet âge est souvent motivĂ©e par la rĂ©alisation de soi et permet de rester physiquement, intellectuellement et professionnellement actifs. Leurs expĂ©riences prĂ©cĂ©dentes les aident Ă  Ă©viter certains pièges, Ă  distiller leurs conseils et Ă  investir financièrement en tant que business angels. Point nĂ©gatif au tableau, la très grande majoritĂ© des seniors entrepreneurs demeurent des hommes (68 Ă  77 %).

Old is the new young

De plus en plus d’égĂ©ries Ă  la soixantaine magnifique incarnent fièrement les marques, riches de leur vĂ©cu et d’une insolente dĂ©sinvolture. « Les cheveux grisonnent, les traits racontent des histoires Ă  la camĂ©ra qui les filme ou Ă  l’appareil photo qui les photographie, et l’ordre Ă©tabli vacille Â» explique Marie-Capucine Reyt, Fondatrice, Directrice Artistique & Productrice ExĂ©cutive chez WeSoundCompany. Alors qu’on s’inspirait dĂ©jĂ  de leur style rĂ©tro, les seniors envahissent nos rĂ©seaux sociaux et sont en passe d’éclipser une Miley Cirus bien assagie.

Que reste-t-il aux jeunes ? Pour survivre au long blues des millennials, on continue de piquer à nos ainés leurs pratiques créatives et leurs modes de vie réconfortants. Tricot, broderie, cuisine rustique, calligraphie… Une tisane et au lit à 21h le samedi soir, c’est chill.

Le sĂ©nior n’est plus ringard, inutile ni dĂ©passĂ©. C’est un acteur qui reconquiert petit Ă  petit sa place dans la sociĂ©tĂ© – et la considĂ©ration des « actifs Â». Et demain ? Le prochain papy boom incite les marques Ă  les valoriser avec des expĂ©riences dĂ©diĂ©es et pointues. Au mĂŞme titre que les jeunes, ils reprĂ©sentent une cible exigeante, connectĂ©e, bancable et de plus en plus influente. L’avenir est devant eux.