2598

Actualités et veille

Je peux pas, j’hiberne

Dans Société
Écrit par penelope nicolleau

Sortir dans le froid, la pluie, le vent, boire des demis à 8 euros en devant crier pour se faire entendre par-dessus les boum boum du club, non, décidément, sortir ne donne plus envie. On croule sous une avalanche de possibilités – ce collectif de DJ roumains ou le marché de Noël africain ? – mais on ne peut pas (encore) se dédoubler et il va bien falloir louper un truc. Quelle frustration lorsque l’on découvre sur Facebook les photos de cette soirée qu’on a ratée, où tout le monde a l’air de s’amuser follement, alors que franchement, hier soir, c’était pas folichon.

Cover2

D’irréductibles résistants font le choix délibéré de ne rien faire, de passer le même samedi soir réconfortant que leur grand-mère, un mug de tisane dans les mains.

La communication cultive l’urgence afin de nous pousser à consommer, les réseaux sociaux étalent sous nos yeux ce qu’il se passe autour de nous, concourant à l’anxiété ambiante. En réaction à cette sur-stimulation, les millennials résistent et boivent moins, consomment moins de drogues que leurs aînés et sortent moins régulièrement. En arrivant à la trentaine, ils revendiquent un mode de vie beaucoup plus sain, simple, et se détachent de la compétition sociale à qui sera le plus cool.

seenk

Nouvel étendard du bien-être hivernal, la philosophie hygge serait le secret du bonheur au Danemark. Le style, le design et la cuisine nordiques constituent une atmosphère chaleureuse et intime, favorable à des moments sociaux basés sur l’écoute et le respect, et pas sur la surenchère. Le BHV Marais a pensé tout son concept de communication pour les fêtes autour de cette tendance et propose des produits pour cocooner, des lectures de contes d’Andersen et des ateliers pâtisseries avec une blogueuse danoise. Hiberner, c’est chic.

Sans jugement et avec la complicité bienveillante de leurs pairs, ils assument leurs spécificités, depuis leur canapé. Les memes démocratisent l’introversion et nous font comprendre que rester chez soi, entouré de comfort food devant un feel good movie, c’est ok. Pour faire des rencontres, plus besoin de sortir, l’amour est on demand. Il suffit d’inviter celui ou celle avec qui l’on vient de matcher à un plan « Netflix & chill » et soyez sûrs que l’ambiance cosy de votre salon saura les séduire. L’expression a vite été détournée par les plus jeunes et audacieux d’entre nous pour désigner un plan sexe, auquel on peut accéder en quelques clics et mouvements d’approche.
Même plus besoin de sortir pour leur faire goûter les spécialités de ce restaurant super créatif que vous aviez repéré, les chefs s’invitent à la table du salon grâce à Deliveroo, UberEATS et consorts.

Capture d’écran 2017-12-31 à 17.04.50

Les experts et même Sean Parker, cofondateur de Facebook, critiquent aujourd’hui les effets des réseaux sociaux sur l’homme, notamment sur l’estime de soi et la santé mentale. Ces derniers créent et entretiennent des boucles d’auto-validation qui carburent à la dopamine et leur effet sur le circuit de la récompense est similaire aux jeux d’argent : satisfaction/manque/addiction.
Instagram favoriserait les dépressions – et oui, on ne sera jamais aussi belle ou beau que cette personne parfaite sur notre écran. Il faut sortir du lot, paraître intéressant, digne d’attention… Un peu comme si on se trouvait tous dans un club ou un bar, en compétition les uns contre les autres pour gagner le gros lot : l’attention et l’acceptation par l’autre, tous les autres.

En réaction à cette pression, de plus en plus de jeunes investissent la vie réelle, ils n’essaient plus de paraître, mais assument leur introversion et amour du confort, dans la réalité et en petit comité. Ils passent du temps à chiner sur Pinterest, l’antre de la bonne idée déco, qui compte 150 millions d’utilisateurs actifs par mois en 2017, ou bien achètent une panoplie de homewear, des vêtements top confort que l’on assume porter chez soi, même devant ses invités.

Et pour ceux qui n’ont pas d’idées voire pas de vie, qu’ils n’hésitent pas à les partager, le contenu du vide, du rien, est en plein essor et se conjugue sous le joli nom de « borecore », l’ennui pur. Alors en ce début d’année 2018, nous vous souhaitons à tous une belle hibernation pleine de « like » et nous vous donnons rendez-vous à la fonte des neiges pour la tendance qui nous fera sauter hors de nos pyjamas.

Capture d’écran 2017-12-31 à 17.04.28
1238576
Article

Ugly is Beautiful ! Ce que le laid raconte de nous

In Branding

Plus de raisons de le cacher, le moche s’assume et s’affiche fièrement des podiums à nos réseaux sociaux.

Le décryptage de l’anti-tendance par Seenk pour l’ADN.

Lire l’article

Lire l'article
visuel_comLongines
Article

Seenk saute le pas avec Global Champions et Longines Global Champions Tour.

In Branding

Global Champions a confié à Seenk la conception et la cohérence de son image de marque luxe et sportive à des fins audiovisuelles, à destination des diffuseurs TV et digitaux, pour ses événements Longines Global Champions Tour et Global Champions League. Ces événements équestres mondiaux de sauts d’obstacles, qui ont débuté fin mars à Mexico, se dérouleront dans pas moins de 17 destinations et 12 pays.

Lire l'article

Cette article vous a plu?

Abonnez vous et recevez les actualités dans votre boite mail


Je m'abonne
?>